SCLMD, le blog SoCiaL MeDia

Archive for janvier 2011

2010 a tiré sa révérence et l’heure est venue (un peu tardivement) de jeter un coup d’œil dans le rétro sur cette année médias sociaux ô combien trépidante. Pour étayer le propos, une infographie de synthèse permettra de rafraîchir notre mémoire si volatile avec les dates clés qui ont émaillé cette année.

Chapitre 1 : Facebook

Facebook s’est, à l’évidence, approprié une large part du gâteau et de l’exposition médiatique en 2010, comme le démontre le récent couronnement de Mark Zuckerberg au titre d’homme de l’année par Time (est-ce vraiment en 2010 qu’il fallait lui attribuer ?). Beaucoup de nouveautés qui ont trouvé une forte résonance, un business model qui s’affirme, un usage mobile en plein boom (150 millions d’utilisateurs annoncés), une toute récente 3ème place dans le classement des sites les plus visités au monde mais aussi une polémique justifiée sur sa (mauvaise) gestion du respect de la vie privée et une fâcheuse tendance à procéder à des mises à jours d’abord et prévenir ses usagers ensuite (pour le meilleur et pour le pire).Vous l’aurez compris Facebook a, une fois de plus et plus que jamais, marqué l’année 2010 de son empreinte.

Mark Zuckerberg, Homme De L'Année selon Time

Mark Zuckerberg en Une du Time - Décembre 2010

S’il fallait retenir 5 dates clés :
Avril 2010 : Facebook place le web social au cœur de sa stratégie avec l’open graph et propose désormais aux sites externes l’ajout de bouton « J’aime » sur leur site.
Avril 2010 : adieu le « Devenir fan » et place au « J’aime » sur les pages Facebook (lire par ailleurs mon article sur le sujet « Fans d’hier, vous aimerez demain« ).
Août 2010 : lancement aux USA (et en France en octobre) de la fonctionnalité de géo localisation Facebook Places, concurrent direct de Foursquare et autre Gowalla…
Juillet 2010 : le cap symbolique des 500 millions de membres est franchi.
Novembre 2010 : lancement de la messagerie Facebook qui offre la possibilité d’envoyer et recevoir indifféremment SMS, chat, email, messages et permettra à ceux qui le souhaitent d’avoir leur adresse mail @facebook.com

Facebook : les faits marquants de l'année 2010

Facebook : les faits marquants de l'année 2010

Certains prédisent (espèrent ?) le déclin de Facebook en 2011. Je ne suis pas de ceux-là et reste convaincu que fort de sa masse critique d’utilisateurs, de sa forte pénétration sur le mobile, de sa fascinante durée moyenne de visite (plus de 4 heures 30 par mois), de fonctionnalités sans cesse revues et globalement améliorées et enfin de revenus en significative croissance (entre 700 et 800 millions de $ de revenus en 2009, près de 2 milliards prévus en 2010), l’avenir de Facebook s’annonce sous les meilleurs jours… au moins pour cette année 2011.

A suivre sur ce blog le chapitre 2 de ce bilan avec l’envol des services de géo localisation et la nécessaire phase de maturité attendue en 2011.

Le service Paper.li, l’agrégateur de contenus Twitter et Facebook au format journal, vient d’être tout récemment couronné par le « prix de la viralité » décerné lors du concours de start-up organisé au salon Le Web’10.

Ce service gratuit remet paradoxalement au goût du jour les habitudes de lecture dans la plus pure tradition de la presse écrite, en y ajoutant cependant une dimension « sociale ». Paper.li a pour ambition de faire de chacun de ses utilisateurs son propre éditeur. Oui, mais comment ?

Le service procède à l’analyse sémantique des contenus diffusés par ses utilisateurs et leur « écosystème social » sur Twitter (ou Facebook en mode beta) et les organise au format journal. On parle ici de content curation ou « assemblage intelligent » de contenus (lire l’article de Presse-Citron sur le sujet). Ce quotidien en ligne se présente sous la forme de différentes rubriques : A la Une, Technologie, Art & Divertissement, Business… et propose également des entrées par formats de contenus (photos, vidéos…). Il peut ensuite être partagé sur Twitter et Facebook.

Photo d'un exemple de Une de Paper.li

Exemple de Une de Paper.li

De nombreuses fonctionnalités permettent par ailleurs de personnaliser son journal (créé à partir d’un compte Twitter, d’un hashtag spécifique ou encore d’une liste Twitter) pour que celui-ci soit en parfaite adéquation avec ses centres d’intérêts. A défaut de prendre le temps de personnaliser son journal, et c’est selon moi une limite du service, les contenus sont déterminés de façon aléatoire (sur la base cependant des contenus publiés par les personnes que vous suivez sur Twitter). On peut y voir ici une opportunité de découvrir de nouveaux contenus ou à l’inverse une source supplémentaire d’informations (le fameux concept d’infobésité), pas toujours pertinentes.

De nombreux services emboitent désormais le pas à Paper.li et intègrent la dimension sociale à l’édition de contenus. Citons par exemple Flipboard ou encore PostPost qui permet d’organiser photos, vidéos, statuts, liens et autres publications de ses amis Facebook (voir la vidéo de présentation).

Au vu de l’engouement qu’elles ont suscité lors du Web 10, ces applications d’organisation et d’édition sociale des contenus semblent promises à un bel avenir, sous réserve qu’elles permettent à ses usagers d’organiser facilement mais aussi de façon personnalisée et ciblée leurs sources d’informations « sociales ».


Entrez votre adresse e-mail et recevez par mail les notifications des nouveaux articles publiés sur le blog SCLMD.

Lu sur Twitter

Derniers commentaires